top of page

Le garçon devient un bébé

Part 1

La vie peut être cruelle pour l'enfant à naître mais pas si méchante jusqu'au moment de naître dans le monde.



Quand ce jour est venu, Mère Nature m'avait porté un coup cruel. Ma mère n'avait pas voulu de bébé et n'avait donc pas beaucoup d'amour pour moi, l'hôpital a fait preuve de négligence dans l'accouchement, endommageant ma glande pituitaire, ce qui a eu pour effet de retarder ma croissance jusqu'à ce que je ne mesure plus de 29 pouces. J'ai été placée plusieurs fois dans une famille d'accueil, mais les parents adoptifs ne voulaient pas avoir un bébé permanent, alors j'étais constamment renvoyée au foyer pour enfants. Je n'ai jamais eu une vie stable, ce qui m'a rendu très timide.

À mon 16e anniversaire, je n'ai eu d'autre choix que de quitter le foyer pour enfants et de trouver ma propre voie dans la vie. Cela n'allait pas être facile en raison de ma taille et de mes capacités, mais le personnel de la maison était très gentil et triste de me voir partir. J'ai reçu le paiement du gouvernement de 30 £ pour me loger et alors que je sortais, le personnel est venu me dire au revoir et l'une des infirmières s'est approchée de moi et m'a tendu un paquet. Ici, c'est pour vous aider, il contient des vêtements pour vous.


Quand j'ai eu seize ans, il était temps pour moi de quitter le centre et tout le personnel était vraiment triste de me voir partir. On m'a donné les 30 £ statutaires que le gouvernement a fournis et alors que je sortais du bureau de la matrone, l'une des infirmières s'est dirigée vers moi avec un paquet dans les mains et a dit: «Nous avons tous matraqué et voici des vêtements pour vous et remise moi une enveloppe dit que nous avons tous cotisé et qu'il y a un peu plus de 80 £ là-dedans pour vous. J'ai regardé autour de moi et même la matrone était là en souriant.

J'ai rassemblé mon paquet, mon enveloppe et 30 £ et j'étais sur le point de partir avec des larmes coulant sur mes joues quand Matrone a dit "Oh, et Terry, alors que l'automne approche, nous vous avons acheté ça", en me tendant un épais pardessus.

J'ai été totalement submergé par l'amour et la gentillesse qui m'ont été témoignés et tout le personnel avait les larmes aux yeux alors que je disais mes adieux et que je partais.

Le foyer pour enfants a organisé un taxi pour la ville où j'ai commencé ma recherche d'un B&B afin que j'aie un endroit où dormir pour la nuit. Après avoir dû prouver que j'étais assez vieux pour louer la chambre, j'ai été autorisé à entrer et je me suis installé.

Il fallait maintenant que je trouve un travail pour pouvoir continuer à payer le loyer et ne pas finir à dormir dans la rue donc je me suis retrouvé à Pôle Emploi. Il y avait beaucoup d'emplois disponibles, mais la plupart ne me convenaient pas en raison de ma taille, mais après avoir parlé au personnel, j'ai trouvé un poste d'ouvrier que j'ai accepté.

Le travail était un travail difficile et après quelques semaines, mes mains développaient des callosités, des cloques et des fissures profondes et il était évident pour mon employeur que je ne pouvais pas rester au travail, alors on m'a donné ma semaine de salaire plus 2 semaines d'indemnité de départ. . Cela m'a laissé dans le pétrin car j'avais besoin de travailler pour payer mon loyer et acheter de la nourriture.


Mon prochain arrêt a été le Job Center local où j'ai réussi à obtenir un emploi de travailleur et j'ai pensé que cela aiderait à payer la nourriture et le logement pendant quelques semaines au moins.

Cela m'a amené à avoir à nouveau des visites quotidiennes au Job Center et, à mon insu, j'étais observé par un camion utilitaire garé de l'autre côté de la route tous les jours pendant mes visites.

Ce qui était intéressant mais inconnu pour moi, c'est que le chauffeur était en mission et que j'étais cette mission.

Après m'avoir vu pendant quelques jours visiter le Job Center, il s'est présenté à son patron et a dit: «Madame, je pense avoir trouvé le bébé que vous souhaitez tant.

Ingrid Watson était ravie lorsque Robert, son gérant de ferme, l'a informée et a décidé qu'elle irait avec Robert pour me voir par elle-même.

Et le lendemain, Robert a conduit Ingrid en ville où elle m'attendait.

Alors que je tournais au coin de la rue où se trouvait le Pôle Emploi, Robert m'a rapidement pointé du doigt et Ingrid a dit « Je dois juste avoir ce petit bébé, emploie-le demain ».

Robert a conduit sa patronne Ingrid à la maison en lui demandant "la crèche sera-t-elle prête ou y a-t-il autre chose que vous devez faire?"

Ingrid a répondu "Gardez-le dans les hangars à bulbes pendant quelques jours et faites-le travailler dur pour le fatiguer", "Je dois finir de décorer la pépinière."

Robert a alors demandé "Y a-t-il quelque chose de plus à fabriquer?" à quoi Ingrid a répondu "oui, des barrières de sécurité pour la crèche, les niveaux supérieur et inférieur de l'escalier et une pour la cuisine aussi." "De plus, je veux que les barrières du lit et du parc soient surélevées d'un autre pied."

Alors et là mon destin s'est déterminé pour moi et mon sort s'est scellé sans que je le sache moi-même.


Le lendemain matin, suivant mon rituel normal, je suis arrivé au Pôle emploi pour chercher un emploi, Robert avait déjà dit au personnel du centre qu'il voulait que Robert m'emploie et alors que j'attendais mon tour, j'ai été appelé au comptoir.

La dame m'a demandé mon nom puis m'a informé qu'elle avait trouvé un travail pour moi et que je devais aller dans une ferme où ils m'attendaient pour m'interviewer. Elle m'a ensuite donné un laissez-passer de bus et m'a envoyé sur mon chemin avec un bordereau d'introduction. À mon insu, ils attendaient déjà mon arrivée.

J'ai pris le bus dans High Street et alors qu'il quittait la ville pour se diriger vers la campagne, je me suis demandé quel serait le travail.

Au bout d'une demi-heure environ, le chauffeur du bus m'a annoncé que nous étions à la ferme et que je devais descendre. Je l'ai remercié et, avec l'aide d'une dame, je suis descendu du bus.

En regardant de l'autre côté de la route, j'ai repéré un homme qui me faisait signe et après m'être assuré qu'il était sûr de traverser la route, j'ai couru pour lui parler.

"Salut, je suis Robert le directeur de la ferme, êtes-vous Terry?" Connaissant déjà la réponse, il sourit. « Avez-vous déjà travaillé dans une ferme ?

J'ai répondu en le regardant comme je devais le faire même avec un enfant de quatre ans "quel travail pouvez-vous m'offrir dans une ferme?"

« Pouvez-vous trier les pommes de terre », a-t-il demandé ? "J'ai répondu:" Montrez-moi comment et je les ferai ".

Plus rien à faire, nous avons marché jusqu'à la porte de la ferme où son service public l'attendait. Il m'a soulevé et a mis ma ceinture en disant que ce serait plus facile ainsi, puis nous sommes partis vers la ferme à une certaine distance de la porte. Il m'a expliqué que la ferme appartenait à une femme très riche et s'étendait sur environ 2 000 acres, une agriculture mixte, c'est-à-dire l'agriculture, l'horticulture et l'élevage, mais je travaillerais dans le hangar à pommes de terre de la section horticulture.

Lorsque nous sommes arrivés, il s'est arrêté devant cette ferme en pierre très imposante, est venu de mon côté du véhicule qui était en fait le siège arrière côté passager (je suis trop petit selon la loi pour m'asseoir à l'avant d'un véhicule), a défait ma ceinture de sécurité et m'a soulevé. Il m'a dit que je devais voir le propriétaire pour être inscrit sur le livret d'emploi.


Nous sommes entrés dans la maison et j'ai été présenté à cette dame très imposante, qui est apparue en souriant et m'a dit "Alors, tu es Terry, le nouveau trieur de pommes de terre, n'est-ce pas?" J'ai répondu "je l'espère madame". Elle a regardé Robert avec un grand sourire et a dit "Pensez-vous qu'elle s'en sortira?" Robert a répondu: "Je suis sûr qu'il le fera, mais jetez un œil à ses mains, je pense que nous devrons lui procurer des gants en caoutchouc ou il aura une grave éruption cutanée."

Mme Ingrid m'a alors ouvert les mains et a dit "bon Dieu, comment cela s'est-il passé?" Je lui ai expliqué mon poste précédent sur un chantier de construction et comment mes mains s'étaient blessées et le directeur était devenu très inquiet et a décidé pour mon bien de me licencier pour ma propre sécurité.

Avec un air soucieux, Mme Ingrid se dirigea vers un placard et sortit un emballage en plastique qu'elle me tendit. "S'il vous plaît, portez-les pendant que vous triez les pommes de terre." J'ai remarqué qu'il s'agissait de gants de souci roses. Je l'ai remerciée et je les ai prises.

Après m'être engagé à travailler à la ferme, on m'a proposé de loger dans le logement du personnel de la ferme, ce que j'ai accepté avec plaisir car c'était un long chemin à parcourir tous les jours depuis la ville puis la marche de la route aux hangars. Il y avait une somme modique qui serait prélevée sur mon salaire et j'en étais extrêmement reconnaissant et remerciais Mme Ingrid avant d'être montrée dans ma chambre où je resterais. Cela m'a fait me sentir un peu plus en sécurité même si je craignais que ce travail, comme le travail précédent, ne dure que quelques semaines, mais je pourrais économiser une partie de mon argent. Elle a ensuite dit avec un large sourire à Robert de m'emmener dans les quartiers du personnel et de me montrer mon lit, et après m'avoir demandé si j'avais mangé, ce à quoi j'ai répondu "non", il lui a dit de me trouver un repas.

Je l'ai beaucoup remerciée pour la gentillesse qu'elle m'avait montrée et elle m'a dit "ne t'inquiète pas ma chérie, tu le mériteras". Ba

Robert m'a alors dit de le suivre jusqu'au dortoir où il a pointé un lit en disant "ce sera à toi". C'était dans la partie la plus calme de la pièce mais un coup d'œil autour de moi m'a montré que je serais le seul occupant.


La chambre avait toutes les exigences de base des lits, des casiers pour les objets personnels, une table et des chaises et un poêle à ventre à l'ancienne pour la chaleur.


On m'a alors montré où se trouvaient le charbon et les bûches pour le poêle et on m'a dit que je pouvais le faire fonctionner si je le souhaitais. Quand j'ai regardé à quelle hauteur était le loquet de la porte, j'ai envisagé d'enrouler une couverture autour de moi pour me réchauffer.


Robert m'a alors dit qu'en partant, il reviendrait bientôt avec un repas pour moi et pour s'installer.


Je n'ai pas pris beaucoup de minutes pour ranger mes quelques affaires et quand Robert est revenu avec un repas pour moi, j'étais assis blotti dans ma couverture. Il a regardé et a dit: «Je vous l'ai dit; vous pouvez allumer le poêle si vous le souhaitez ». Je l'ai regardé et lui ai dit que je ne pouvais pas atteindre le loquet de la porte.


Il a posé le plateau avec mon repas dessus sur la table et a dit qu'il arrangerait quelque chose pour moi et a disparu pendant quelques minutes. Quand il est revenu, il portait un seau et a dit qu'il le remplirait de charbon pour moi et mettrait des bûches près du poêle pour me faciliter la tâche. Il a également remarqué à son retour que je devais me tenir debout ou m'agenouiller sur la chaise à table pour manger mon repas.


"Ce n'est pas très bon", a-t-il dit. "Je vais voir ce qui peut être trié pour vous aider". Il est ensuite parti.


Après mon repas, j'ai déplacé la chaise de la table vers le lavabo où j'ai d'abord lavé mon assiette et mes couverts, puis je me suis fait laver une bande (je n'avais aucun espoir d'entrer dans le bain). J'ai alors décidé que je passerais une nuit au lit tôt pour pouvoir me lever très tôt pour montrer un peu d'enthousiasme à mon patron.


J'ai bien dormi dans le grand lit et je me suis levé tôt le lendemain matin. Alors que j'étais debout sur la chaise en train de me laver, Mme Ingrid est entrée et m'a vu. Elle a regardé et m'a dit "Robert m'a parlé hier soir de vos problèmes pour atteindre les choses, alors pour vous faciliter un peu les choses, je veux que vous veniez à la cuisine et que vous dîniez avec le personnel régulier".


Je l'ai beaucoup remerciée et lui ai demandé à quelle heure je devais être là-bas, après quoi elle a répondu "vers 6 heures du matin pour le petit-déjeuner et quand vous êtes nettoyé après le travail pour votre repas du soir".

C'est donc après m'être lavé et habillé que je me suis dirigé vers la cuisine où il faisait beau et chaud grâce à la cuisinière à l'ancienne de la ferme allumée et j'ai dit au chef «Mme. Ingrid m'a dit de venir ici pour le petit déjeuner ». Il m'a répondu "oui, j'ai été informé, allez vous asseoir à table ce sera prêt dans quelques minutes".


Je suis allé au siège indiqué par le chef (je supposais que chaque membre du personnel avait sa propre place assise), j'ai grimpé dessus et je me suis agenouillé sur la chaise lorsque le chef m'a acheté le repas. Il m'a juste regardé et a dit "tu ne peux pas dîner comme ça" et est parti seulement pour revenir avec des coussins qu'il a mis sur la chaise puis m'a soulevé. Je lui ai dit que je ne me sentais pas en sécurité comme ça et lui ai demandé s'il me laisserait m'asseoir par terre avec mon petit déjeuner. Il m'a posé et m'a passé mon petit-déjeuner en me disant que cette situation devrait être réglée d'une manière ou d'une autre car s'asseoir par terre pour manger était à la fois insalubre et malsain et qu'il ne l'aurait pas dans sa cuisine.


C'est pendant que je mangeais que Mme Ingrid est entrée et m'a vu dire "que signifie ce chef ?" Il m'a ensuite expliqué tout ce qui s'était passé en disant que je ne me sentais pas en sécurité sur la pile de coussins, et que lui non plus n'était pas heureux de la configuration actuelle.


Mme Ingrid a alors fredonné et en me regardant a dit "nous allons régler quelque chose avant la fin de cette journée".


C'est environ dix minutes après avoir fini mon petit-déjeuner que Robert est arrivé en me demandant si j'étais prêt pour le travail, j'ai répondu "oui".


Nous sommes sortis vers son camion, il m'a soulevé et a bouclé ma ceinture de sécurité, puis est monté lui-même et nous sommes ensuite partis vers les hangars à ampoules.


Une fois arrivés, il m'a montré un tabouret rembourré haut qu'il avait arrangé pour moi, ainsi qu'une boîte pour me permettre de monter dessus, puis après m'avoir montré ce que je devais faire en gros, il m'a laissé continuer le travail.


Alors que je remplissais les seaux d'ampoules, une gentille dame travaillant à côté de moi les plaçait sur une palette derrière moi en les empilant par cinq pour que le contremaître du hangar puisse voir et me donner un jeton pour montrer combien j'avais terminé, elle m'a aussi dit de mettre quelques bulbes de moins dans chaque seau car je les remplissais trop.


C'était un travail amusant, bien que chargé car les gens avec qui je travaillais étaient gentils, bavards et très serviables.


À l'heure du déjeuner, la dame à côté de moi m'a montré où aller pour manger le panier-repas que le chef m'avait donné et, à ma grande surprise, il y avait un tabouret haut à table pour moi. Mon amie de travail (la dame) m'a soulevé en haletant de surprise de voir à quel point j'étais léger et m'a assis sur le tabouret. Je me souviens avoir pensé que ce serait une solution pour manger à la table habituelle dans la cuisine pour mes repas principaux. J'ai aussi remarqué sur la table qu'il y avait une grande théière et plusieurs tasses/tasses à côté. On m'a expliqué que la patronne (Mme Ingrid) fournissait toutes les boissons chaudes à ses ouvriers.


Alors Molly (la dame qui travaillait à côté de moi) a tendu la main et a rempli deux "tasses" après avoir d'abord demandé si je pouvais gérer une tasse (ha ha) et m'en a passé une.


Une fois la pause déjeuner terminée, nous sommes retournés au travail et l'atmosphère joyeuse a continué, mais j'ai remarqué que mes mains devenaient un peu douloureuses. Cependant, j'ai continué à savoir que je pouvais les laver à la fin du travail et simplement mettre cela sur le compte des fissures et des plaies que j'avais déjà sur les mains.


Il était environ six heures quinze quand Robert arriva pour me ramener au dortoir et me demanda comment j'allais. Je lui ai dit que j'avais rencontré des gens très gentils et serviables auxquels il a simplement répondu "bien".


Quand nous sommes revenus à la maison principale, Robert m'a dit de me dépêcher et de me nettoyer car le chef attendait pour servir le repas du soir du personnel et ils avaient décidé de m'attendre pour que nous puissions tous nous asseoir ensemble, ce que j'ai trouvé merveilleux.

Je me suis précipité (pour moi, c'était un tiret) dans le dortoir et j'ai rapidement lavé et changé mes vêtements, puis je me suis dirigé vers la cuisine.


J'ai dû frapper à la porte pour que quelqu'un m'ouvre et quand je suis entré, il y avait le chef (Charlie), Mme Ingrid et une autre dame qui m'a été présentée comme Cherie la gouvernante.


Mme Ingrid m'a alors dit "Terry, nous avons trouvé une solution à votre problème de restauration" et a indiqué une chaise "spéciale" à la table.

Au départ, il ressemblait aux tabourets hauts que j'utilisais, mais un examen plus approfondi m'a montré qu'il était décoré d'agneaux rebondissants, d'ours en peluche et d'autres personnages de la pépinière.


Le chef m'a soulevé et m'a assis dedans, il a ensuite attaché une sangle de sécurité qu'il a tirée entre mes jambes et attachée à la chaise autour de ma taille. À ce stade, j'ai commencé à me débattre en réalisant qu'il s'agissait d'une "chaise haute pour bébé". Mais avant que je puisse faire quoi que ce soit, il avait mis le plateau en place et verrouillé en position.


Mme Ingrid m'a alors fait remarquer que dans cette chaise, je pourrais manger mon repas confortablement ET pouvoir voir et discuter avec Chef et Cherie.


Je ne pouvais pas discuter avec la logique derrière ce mouvement, mais je me sentais gêné d'être assis là et surtout de savoir que je ne pouvais pas sortir par moi-même.


Le chef m'a ensuite servi mon dîner, une belle casserole mais tout était coupé en petits morceaux et je n'avais qu'une cuillère et une fourchette. Quand j'ai mentionné cela, Cherie a dit "c'est mon idée après vous avoir vu lutter avec votre petit-déjeuner et la difficulté que vous aviez non seulement à utiliser mais même à tenir le couteau".


Je ne pouvais pas discuter de ce point car j'avais lutté et j'avais maintenant des difficultés à tenir la cuillère aussi.


Cheri a repéré cela et a déplacé son assiette à côté de ma chaise et a dit "laissez-moi vous aider".


À ces larmes formées, je me sentais tellement impuissant et embarrassé.


Cherie a alors dit "Regardez vos mains et maintenant regardez les miennes, voyez-vous une différence?" Alors je me suis assis dans la chaise haute pour lui permettre de me nourrir.

Je dois avouer que la première fois depuis plusieurs mois, je recevais un bon repas et sans douleur. Juste un ego meurtri.

Mme Ingrid est arrivée pendant le repas (elle avait déjà dîné) et m'a vu, et a dit "Maintenant, n'est-ce pas Terry plus confortable et sociable?" et j'ai dû avouer que c'était vrai. Elle m'a aussi dit que je pourrais faire annexer la petite pièce à la cuisine au lieu de retourner jusqu'à la grange.

Je ne savais pas quoi dire pour cette gentillesse, pour l'instant mes problèmes de chauffage étaient également résolus. J'ai juste balbutié un merci pendant que Cherie prenait un chiffon et nettoyait mon visage.

Puis, étonnamment, elle a dit "voudriez-vous boire un verre?", ce à quoi j'ai répondu "oui, s'il vous plaît". Elle a disparu pendant un moment et quand elle est revenue tenant une tasse Sippy de bébé dans sa main. J'ai dit "je ne peux pas boire de ça". « OK », a-t-elle répondu, désolée, je pensais juste qu'avec vos mains, ce serait plus facile, juste un instant ». Elle a ensuite mis la boisson dans une tasse. J'ai fini par en renverser beaucoup à cause de ma mauvaise prise, prouvant ainsi le point de vue de Cherie.

J'étais de nouveau en larmes et Cherie et Charlie sont venus et m'ont dit de me calmer.

Cherie a ensuite pris un chiffon, m'a nettoyé et a rempli le gobelet Sippy et a dit "maintenant, détendez-vous et profitez-en". Je me sentais toujours stupide de boire dans la tasse d'un bébé, mais au moins, je prenais TOUTE la boisson et je n'en renversais pas.

J'ai remercié Cherie pour cette pensée et elle a souri et a dit "c'est bien mon animal de compagnie, mais demain nous devrons vous mettre un bavoir pour garder vos vêtements propres".

Je l'ai regardée consternée mais j'ai réalisé qu'elle avait du sens et qu'avec sa cuillère, je serais propre toute la journée. Les sandwichs du midi ne tachent généralement pas les vêtements.

Une fois que le chef et Cherie ont fini de nettoyer, Cherie s'est tournée vers moi et m'a dit "Terry, à quand remonte la dernière fois que tu as pris un" vrai "bain?" bain.

"Ok" fut sa réponse, "mais ce soir tu en as une bonne". J'ai immédiatement paniqué et lui ai dit "Comment?" Elle a répondu "Je vais t'en donner un". J'ai crié "Nooooooo, je ne suis pas un bébé." À quoi elle a répondu "Je n'ai jamais voulu dire que tu l'étais, mais n'aimerais-tu pas t'allonger et prendre un long bain d'eau tiède?"

Comment pourrais-je discuter alors que c'était l'une des choses que je chérissais au centre de soins et que je devais donc être d'accord avec elle ?

‘Alors!’ Cherie a dit ‘assieds-toi là alors et je vais te faire couler un bon bain chaud’ (comme si j’avais le choix).

Quand elle est revenue, elle m'a pris de la chaise haute et m'a porté à la salle de bain (ce qui est assez embarrassant) mais une fois là-bas, il a commencé à me déshabiller.

Quand j'ai objecté, elle a simplement dit "et comment comptez-vous entrer dans le bain et si quelque chose se passe?"

Encore une fois, je ne pouvais pas discuter.

Cherie m'a donné un bain merveilleux, l'eau était non seulement soyeuse mais sentait merveilleusement bon et je dérivais dans un rêve que seul un enfant rêve.


À ce stade, Mme Ingrid est entrée et a dit à Cherie "Attention aux mains du petit chéri". J'ai essayé de couler sous l'eau mais Cherie me tenait sur le dos pour me soutenir.

Mme Ingrid s'est alors tournée vers moi et m'a dit "ça va mieux ma chérie ?" me trouvant incapable de parler avec embarras.

Après le départ de Mme Ingrid, Cherie m'a soulevée de la baignoire et m'a enveloppée dans une grande serviette moelleuse et m'a séchée en disant "maintenant, est-ce que ça ne va pas beaucoup mieux ?" seulement senti merveilleux mais sentait plus propre que ce que j'avais depuis longtemps. Bien que je n'ai jamais eu de mauvaise odeur, ce bain était plus complet qu'un lavage de bande.

Toujours enveloppée dans la serviette, Cherie m'a portée de la salle de bain à ma nouvelle chambre et m'a dit "maintenant, habille-toi ou prépare-toi pour aller au lit". Puis, en partant, elle a allumé une télévision puis m'a tendu la télécommande en me disant de ne pas m'arrêter trop tard car il fallait recommencer tôt le matin.

Je ne m'étais pas senti aussi bien depuis que j'avais quitté le centre où le personnel s'efforçait de me donner le meilleur, mais, bien sûr, les budgets et les installations limitent les choses. Cependant, le personnel a toujours essayé de me traiter du mieux qu'il pouvait.

J'ai décidé de me préparer pour aller au lit et j'ai dormi peut-être le sommeil le plus merveilleux que j'aie jamais eu. Les parfums autour de moi me rappelaient quelque chose d'autrefois mais je ne pouvais pas m'en souvenir.

J'ai été réveillé le lendemain matin par Robert qui m'a dit "Allez Terry, tu es en retard, habille-toi et prépare-toi pour le travail".

Je me suis précipité, je me suis habillé, j'ai attrapé mon petit panier-repas et j'ai suivi Robert. Une fois de plus, il m'a soulevé dans le camion et a attaché la ceinture et nous sommes partis pour les hangars à bulbes.

Quand je suis arrivé à mon tabouret, Molly était déjà occupée et a dit "tu es un peu en retard chérie", j'ai répondu "je sais mais j'ai pris un bain tellement merveilleux hier soir que j'étais totalement détendu et je ne voulais pas me réveiller".

‘Avez-vous déjeuné ?’ a-t-elle demandé, j’ai répondu ‘Non, je n’ai jamais eu le temps d’être en retard pour me lever’.

Elle a fouillé dans la poche de son tablier et a dit "mange ça" et m'a donné une barre de chocolat.

J'ai enlevé mon gant en caoutchouc et j'ai essayé de casser les carrés de chocolat mais je n'ai pas pu et quand Molly a vu mes mains, elle a appelé le contremaître du hangar et lui a montré.

L'éruption cutanée avait eu une morsure et mes mains étaient maintenant rouges à cru ainsi que tous les autres problèmes.

Le contremaître a sorti son téléphone portable, a appelé Robert et lui a expliqué la situation.

Après avoir fait cela, il m'a ensuite retiré de la ligne et dans les toilettes et m'a dit d'attendre.

Robert est arrivé une vingtaine de minutes plus tard pour me trouver assise par terre en larmes.

Il est venu, m'a soulevé et a essayé de me calmer et tout ce que je pouvais faire était de crier c'est un autre travail que je ne peux pas gérer.

Il me serra contre sa poitrine comme on le ferait avec un bébé et me câlina. J'ai ressenti toute la passion du centre une fois de plus mais cette fois un peu plus aussi. Je ne savais pas que Robert était père et habitué aux enfants et à leurs crises de colère. Cette fois, cependant, il s'est rendu compte que c'était un peu plus, j'avais mal physiquement et mentalement.

N'ayant plus rien à faire, il a sorti son téléphone portable, a appelé la grande maison et a demandé à Mme Ingrid de venir me chercher et quand elle a demandé pourquoi il ne pouvait pas me conduire il m'a expliqué mon état en plus il devait se rendre d'urgence dans une des autres fermes .

Robert m'a câliné pendant ce qui a dû être quarante minutes, me berçant doucement dans ses bras puissants et tout le temps parlant doucement pour me calmer.

Lorsque Mme Ingrid est arrivée et a vu Robert me bercer doucement dans ses bras en me parlant de bébé, elle savait qu'elle était sur le point de gagner et d'avoir sa petite fille mais quelques étapes supplémentaires étaient nécessaires.

Mme Ingrid a dit à Robert "il y a une nacelle dans la voiture, attachez-la dedans et je vais la ramener à la maison et la calmer".

Robert m'a attaché dans la nacelle en demandant à Mme Ingrid si elle s'en sortirait bien, ce à quoi elle a répondu "avec cette petite plume, bien sûr que je le ferai".

Elle est retournée à la "Grande Maison" et à son arrivée a dit à Charlie de me sortir de la voiture et à Cherie de me faire un bain "spécial".

Après le bain, Mme Ingrid m'a fait mettre dans un lit dans une chambre d'amis et on m'a dit de me reposer, tout irait bien.

Encore une fois, je me sentais et sentais merveilleusement bien et très rapidement je me suis endormi.

Le lendemain matin, je me suis réveillé et paniqué car il faisait déjà jour et j'étais en retard au travail. Je me suis précipité pour essayer de trouver mes vêtements et de sortir de la pièce, mais la poignée de la porte était statutaire à quatre pieds du sol et je ne pouvais pas l'atteindre, alors j'ai commencé à frapper à la porte.

Finalement, Mme Ingrid est venue et a ouvert la porte en demandant à quoi ressemblait tout ce bruit et j'ai dit "Je ne trouve pas mes vêtements et je suis en retard au travail".


Elle m'a alors informé à la lumière de ce qui s'était passé la veille que je ne travaillerais plus là-bas.

Instantanément, j'ai recommencé à pleurer en sachant que j'avais encore perdu un autre emploi et j'ai dit à Mme Ingrid "Je prendrai tout ce que vous me devez et je partirai alors".

Je savais que c'était la fin d'un rêve de quelques semaines.

Mme Ingrid m'a alors dit "Où irez-vous ?" J'ai répondu "Je n'en ai aucune idée".

Elle a répondu: «J'ai une proposition pour vous et vous devrez m'écouter pleinement, signer des papiers et faire exactement ce qu'on vous dit. En retour, vous serez nourris, habillés, baignés et vêtus des plus beaux vêtements que je confectionne. Vous devrez également le faire 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, aussi longtemps qu'il le faudra pour terminer le contrat ». Elle a également expliqué que j'obtiendrais les meilleurs soins médicaux que son assurance médicale privée me permettait d'avoir de meilleures mains et que je me sentirais plus heureuse dans ma nouvelle vie.

Je lui ai demandé plus de détails et elle m'a dit qu'une fois que j'aurais signé les papiers, je comprendrais parfaitement.

Cependant, elle a dit qu'elle concevait et fabriquait des vêtements pour bébés en marge et si j'étais d'accord, elle me paierait pour les modéliser pour un catalogue spécial qu'elle voulait produire. Elle a également expliqué que les vêtements étaient très haut de gamme et en éditions limitées, ce qui me rendrait très spéciale si je les portais pour elle.

Elle a également expliqué qu'à cause de mes mains, il pourrait s'écouler plusieurs mois avant qu'elle ne puisse organiser des photos, mais entre-temps, je pouvais m'habituer aux vêtements ET au mode de vie. Elle m'a expliqué à quel point il était important que je joue et vive le rôle assez naturellement mais n'a jamais expliqué davantage.

Quand j'ai demandé combien de temps je pouvais espérer garder cet emploi (en attendant seulement quelques semaines), elle a répondu "Eh bien, si vous êtes assez bon, cela pourrait prendre des années". J'ai répondu 'et je suis tout trouvé aussi?' auquel elle a répondu avec un sourire 'Oh oui mon cher, TOUT trouvé'.

Ce que je ne savais pas, c'est que les gants mal ajustés qui m'ont permis d'avoir des éruptions cutanées, la chaise haute, la nourriture molle, le bain, me permettant de m'allonger étaient tous disposés pour m'adoucir vers le destin que Mme Ingrid avait prévu pour moi. La panique et la gentillesse fonctionnaient bien.

Comme j'étais encore nue, Mme Ingrid a dit à Cherie qui était maintenant arrivée sur les lieux en se demandant quelle était l'agitation pour obtenir une serviette et l'enrouler autour de moi. Quand elle a eu la serviette, une serviette très épaisse et moelleuse, elle l'a enroulée autour de moi mais pas à la taille comme le ferait un homme, elle l'a tirée sous mes bras comme le ferait une fille. Elle m'a ensuite soulevé, m'a porté à la cuisine en disant qu'il faisait plus chaud là-dedans et m'a de nouveau attaché dans ma chaise haute.


Une fois le plateau fixé en place, elle est allée me chercher une tasse de lait chaud et sucré. Cependant, il avait un goût un peu différent du lait avec du sucre, puis Cherie a expliqué qu'il était sucré avec du miel provenant des ruches d'abeilles de la ferme.


Je l'ai bu et j'ai vraiment apprécié.


Le prochain travail de Cherie aurait été de préparer le plateau du petit-déjeuner de Mme Ingrid et de le lui apporter dans sa salle à manger. Cependant, avant qu'elle ne puisse le prendre, Mme Ingrid est arrivée dans la cuisine et a dit qu'elle y dînerait ce matin en expliquant qu'elle voulait garder un œil sur son "petit" et que quand tout le monde aurait fini de dîner, ce serait l'heure de la conversation.


À ce stade, je suis redevenu anxieux de ne pas savoir ce qui allait se passer.


Charlie le chef s'est approché de ma chaise haute avec un bol contenant du porridge instantané. Il s'agit d'une forme de bouillie totalement sans grumeaux et facile à digérer. Cependant, j'ai remarqué qu'il n'y avait pas de cuillère pour le manger et j'étais sur le point de le mentionner lorsque Mme Ingrid en a pris une en plastique. Elle portait également avec elle un bavoir rose et blanc qu'elle a ensuite noué autour de mon cou. Quand j'ai dit que je n'avais pas besoin de bavoir, elle m'a juste fait taire, s'est assise à côté de moi et a commencé à me nourrir comme Cherie l'avait fait la veille.


Une fois que j'ai fini de manger, j'ai remarqué qu'une partie de la bouillie s'était retrouvée sur le bavoir. J'ai été stupéfait par cela et j'ai eu honte. Mme Ingrid a simplement dit "Autant bien que nous vous le mettions, ma chère". Elle a ensuite demandé à Cherie de me passer mon gobelet Sippy avec du lait chaud pendant qu'elle-même prenait son petit-déjeuner.


Une fois qu'elle s'est assise sur le point de dîner, Charlie et Cherie se sont également assis et ont également pris leur petit-déjeuner, mais ils ont tous pris un petit-déjeuner anglais complet, ce qui m'a donné faim. Cependant, quand j'ai posé des questions sur le mien, Mme Ingrid m'a fait taire et m'a dit de continuer avec ma bouteille. J'ai trouvé cela étrange car il s'agissait d'un gobelet Sippy et je l'ai attribué à une simple erreur. J'avais tout à fait tort. C'était


intentionnel et conçu pour briser une barrière psychologique concernant le chat à venir.


Une fois que tout le monde eut fini de dîner et pris sa tasse de thé, Mme Ingrid aida Cheri et Charlie à nettoyer les plats du petit-déjeuner, puis tout le monde s'assit à table. Je me sentais un peu dépaysé encore dans ma chaise haute alors que tout le monde s'asseyait tout naturellement à table.


Madame’ Ingrid a alors commencé à parler à tout le monde d’abord puis directement à moi. Elle a rappelé à Cheri et Charlie ce qu'elle désirait de moi, puis s'est tournée vers moi et m'a dit. "Maintenant, ma chère, j'ai une proposition pour vous qui signifie que vous n'aurez plus jamais à faire de travail manuel et que vous ne remettrez plus jamais ces jolies petites mains dans cet état".


Je la regardai d'un air perplexe en me demandant ce qu'elle pouvait bien planifier.


Elle a ensuite expliqué en détail comment elle m'avait observé pendant un certain temps et a décidé que je serais parfait pour elle. Elle m'a également dit qu'elle avait été en contact avec le centre de soins une fois qu'elle l'avait découvert et qu'ils lui avaient dit que j'étais toujours légalement mineur mais que les règles étant telles qu'elles étaient, je devais être libérée des soins. Elle a également expliqué comment elle m'avait fait surveiller pendant que je travaillais sur le chantier et qu'en tant que personne d'une certaine influence dans la communauté, elle m'avait fait renvoyer au bon moment pour qu'elle puisse m'employer et me surveiller de plus près, ce qui amène nous jusqu'à nos jours.


« Cela m'amène à la proposition que j'ai pour vous. Je veux que vous vous souveniez que cela pourrait être et, espérons-le, sera un engagement à vie de nous tous ici ».


J'étais sur le point de lui demander ce que cela impliquait lorsqu'elle posa doucement son long doigt sur mes lèvres en disant: "Petit, j'ai besoin que tu m'écoutes très attentivement et dans tous les détails avant de dire quoi que ce soit".


«Tout d'abord, permettez-moi de vous dire que j'ai fait beaucoup de recherches à votre sujet et que je sais que vous êtes orphelin. J'ai donc contacté votre ancien centre de soins et demandé si vous pouviez vous adopter. Ils pensent que c'est une excellente idée et qu'ils vous donneront enfin une maison et une famille à long terme que vous n'avez jamais eues auparavant ; ainsi, vous aurez la sécurité pour l'avenir, mais j'aurai pleine juridiction sur vous et j'aurai pleine procuration. Donc, c'est la première partie de ma proposition que j'ai pour vous, de vous adopter légalement comme mon propre enfant ».


Elle a pris une brève pause ici pour permettre à cette information d'être absorbée.


«Ensuite», elle a dit: «Je ferai changer votre nom légalement afin que vous deveniez une personne à charge et que vous puissiez hériter de moi; cela me permettra également d'inscrire votre nom sur mon assurance médicale privée, vous offrant ainsi le meilleur traitement médical et nous permettant de guérir ces petites mains ».


Encore cette pause pour me permettre de réfléchir à nouveau. Cela devenait écrasant et ma tête commençait à tourner.


« Ensuite, comme je vous l'ai dit hier, je dessine et fabrique des vêtements pour bébés filles et vous leur ferez un modèle parfait. Cependant, cela signifierait que vous viviez comme ma petite fille pour vous permettre de ressentir complètement le rôle des vêtements et nous devions attendre que ces petites mains guérissent avant de pouvoir commencer à prendre des photos. Ce temps vous permettra de vous adapter à votre nouvelle vie ». Elle a également souligné que je n'aurais plus jamais à me soucier de trouver du travail, un logement, de la nourriture, etc. De plus, les brimades dont je souffrais cesseraient car tout le monde serait là pour me protéger et prendre soin de moi.


Quand j'ai demandé ce qu'elle entendait par être sa petite fille, elle a dit "ce serait pour le mieux dans l'ensemble et, comme elle l'avait expliqué, cela me permettrait d'être dans le personnage pour les photos et cela signifierait que beaucoup de gens s'occuperaient de moi".


Puis elle a dit 'Je sais que c'est beaucoup à assimiler, donc je vais vous donner un peu de temps pour y réfléchir et si vous êtes d'accord, nous remplirons tous les documents et les remettrons à mon avocat pour notarisation et il pourra procéder à la légalité de l'adoption et du changement de nom ».


Sur ce, elle se leva et quitta la pièce. Charlie est allé commencer à préparer le déjeuner tandis que Cherie est restée avec moi en me disant quelle merveilleuse opportunité et que je n'aurais plus jamais à lutter dans le grand monde. Elle m'a dit que j'aurais une famille et beaucoup de gens qui m'aimeraient. Elle a passé environ vingt minutes à parler et à essayer de me convaincre d'aller de l'avant et de faire ça.


J'ai passé de nombreuses minutes à réfléchir à cela et j'ai dit "et si je n'aime pas ça?", ce à quoi Cherie a répondu: "Donnez-lui juste le temps et voyez ce qui se passe".


Je l'ai regardée et j'ai vu sur son visage qu'elle était sincère et honnête avec moi et je lui ai donc dit "OK, je vais le faire".


"Merveilleux", a-t-elle dit, je vais aller le dire à madame et vous laisser finaliser le tout. Elle sera aux anges avec délice ».


Sur ce, elle partit chercher Mme Ingrid et dans ce qui sembla être un éclair, Mme Ingrid entra dans la cuisine portant une grande enveloppe brune.


Lorsqu'elle l'a ouvert, elle a retiré de nombreux documents d'apparence légale qu'elle a dit que je devais signer pour que tout soit légal et officiel.


Elle a ensuite décrit chacun avant que je ne signe et celui avec mon changement de nom, elle l'a passé rapidement en disant que mon nom serait changé en Terri Ingrid, passant rapidement sous silence la féminisation de mon nom chrétien.


Une fois tous les papiers signés, elle les fit témoigner par Charlie et Cherie puis les replaça dans l'enveloppe et téléphona à Robert pour lui dire qu'il avait un travail urgent en ville pour lui et qu'il devait venir tout de suite à la grande maison.


Il est arrivé environ vingt minutes plus tard et Mme Ingrid lui a remis l'enveloppe en lui demandant de l'apporter à son avocat pour qu'elle soit traitée immédiatement et il devait également obtenir un reçu.


Elle s'est ensuite tournée vers Cherie lui a dit de m'emmener dans ma `` nouvelle '' chambre, de me baigner et de m'habiller, mais seulement de manière basique, car elle allait appeler son médecin et la faire venir me faire passer un examen médical et commencer à traiter mon mains.


Cherie m'a libéré de la chaise haute, m'a ramassé et m'a porté à l'étage dans une pièce avec un camée en porcelaine sur la porte étiquetant la pièce comme «La pépinière».


Quand elle a ouvert la porte, j'ai été étonné de ce que j'ai vu. C'était une chambre d'enfant complète avec lit bébé, table à langer (avec baignoire pour bébé attachée), commodes, armoires, etc. Il y avait aussi un parc rempli de peluches et de jouets assortis pour bébé. Il était décoré dans de délicats roses et blancs pastels avec des meubles de couleur assortie.


Me portant à Cherie a dit "bon, d'abord un bain pour te faire sentir bon et bébé fille". Elle a ensuite enlevé la serviette qui était enroulée autour de moi, m'a allongé sur la table à langer et a placé une sangle sur ma poitrine qu'elle a fixée sous la table. C'est ce qu'elle a dit pour m'empêcher de tomber et de me faire mal ; après tout, la table était à quatre pieds du sol et une chute assez longue pour moi.

Elle a ensuite rempli la baignoire pour bébé au bout de la table et m'y a placé. Tout d'abord, elle m'a baigné en utilisant uniquement le savon pour bébé de Johnson et ainsi les arômes ont commencé. Après le bain, mes cheveux ont été lavés avec du shampoing pour bébé No More Tears, ce qui a non seulement rendu mes cheveux merveilleux, mais a renforcé l'odeur de «bébé».


Pendant ce temps, Mme Ingrid avait téléphoné à l'installateur de la ferme et lui avait dit de laisser tomber ce qu'il faisait, de se rendre à la grande maison et d'accrocher immédiatement les barrières de sécurité. Elle a appelé son médecin pour lui demander de venir le plus tôt possible.


L'installateur est arrivé en quelques minutes et a dit en souriant "vous avez votre petite fille alors madame". "Oui" a été la réponse "et maintenant nous devons nous occuper d'"elle"".


Ayant fini de me laver, Cherie m'a encore une fois attachée à la table à langer pendant qu'elle préparait plusieurs articles pour moi.


Elle a ouvert un grand pot de crème et a commencé à l'étaler sur mes fesses et autour de mes organes génitaux (tels qu'ils sont) en expliquant que c'était pour arrêter l'érythème fessier. Elle a suivi avec de grandes quantités de poudre pour bébé.



Quand j'ai demandé pourquoi j'avais besoin de la crème, elle m'a expliqué que je vivrais tout le temps dans des couches et que je devrais les utiliser d'où la protection.



Quand j'ai dit que je ne voulais pas les porter, elle m'a rappelé que j'étais d'accord et que j'avais signé pour être la fille de "bébé" de madame et que les bébés portent et utilisent des couches.


Aussi fort que je m'y suis opposé, Cherie a sorti deux couches. L'un, elle a plié le style de cerf-volant tandis que l'autre, elle l'a plié dans un rectangle pour un trempage. Elle a ensuite pris mes deux chevilles dans une main, a soulevé mes fesses du dessus de la table et a placé la couche sous moi et l'a épinglée sur moi. Il y avait environ 14 épaisseurs de tissu éponge entre mes jambes et je n'avais pas d'autre choix que de les séparer comme le ferait un tout petit bébé. Elle a ensuite pris une paire de culottes en plastique rose translucide dans le tiroir sous le dessus de la table et les a doucement glissées le long de mes jambes. Encore une fois, elle a pris mes chevilles dans une main, m'a soulevée pour qu'elle puisse faire glisser la culotte sur mes couches. Quand elle les avait en place, je pouvais sentir l'entrejambe de la culotte à mi-chemin sur ma cuisse et je savais que cela me faisait ressembler à un nouveau-né.

Une fois que Cherie a fini avec ma couche et ma culotte, elle a ensuite placé des chaussons en laine sur mes pieds en attachant un ruban autour de mes chevilles. J'ai ensuite été détaché de la table et assis bien droit sur quoi un gilet de bébé a été tiré sur ma tête et deux petits boutons à l'arrière près du cou ont été fermés. Cela a été suivi par un manteau Matinee pour bébés en tricot blanc. Les deux derniers articles étaient un bonnet tricoté et une tétine factice que Cherie m'a conseillé de garder tout le temps pour m'empêcher de parler «d'adulte».


Toute cette procédure a pris un peu plus d'une heure lorsque Cherie est venue me chercher, a également pris une paire de mitaines en laine et a commencé à me sortir de la crèche.


Avis de non-responsabilité : j'ai trouvé ceci sur Internet et je ne revendique aucun droit.



Si vous souhaitez visiter la pépinière, contactez-nous et nous vous donnerons plus d'informations.



Nos vêtements sont fabriqués sur mesure à réception du paiement intégral.

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Commentaires (10)

David Lawrence
David Lawrence
07 févr.

So wish I could afford to visit & have fun w/ everyone too


comme vous j'aime me faire laver les fesses et le zizi pommadé et poudré mettre une couche en tissus et une culotte plastique a pression


Eugene Chua
Eugene Chua
16 juin 2023

can the session be hosted at my service apartment



J'aimerai me faire langer par une maman laver les fesse poudrer et mettre une couche en tissus et une culotte en plastique a pressions bisous a toutes la famille ABDL

En réponse à

Come to the nursery and you can have this experience.


Phillip Arnott
Phillip Arnott
23 déc. 2022

cant wait to come in february

En réponse à

Thank you Phillip it was really nice having you at the nursery. We have taken on board some of your ideas. The nannies and mummy enjoyed your stay.


I have a craving,urge to be humiliated in public. Dressed in the sillyest frillyest,little gurl adult baby clothes. This will be a huge challenge for me,but a drug that i craveand need. I am sure that it will be a challenge for Nanny too,for which i am willing to pay, But i am not rich so i'l start saving my money


I am a female adult baby girl and I am still looking for mommy for a daddy, uncle or educator who will be loving, but also very strict if necessary, who will take care of me and take care of me, i.e. put my pacifier and bottle in thick diapers, give me my bedtime , speak possibly in the cot, fixed me when changing the diaper if necessary to smear my pussy better thick with Penaten cream …. And and and , would you be interested ?


Wow I will save my money

to go and be your sissy baby

in clothe and plastic panties!

bottom of page